17 oct 2009

le miel de sapin

Publié par Michel

L’une des grandes spécialités Vosgienne est le miel de sapin.
Il est réputé pour son goût inimitable et sa couleur très sombre. S’il est très different du miel de fleur, c’est parce qu’il est issu de miellats qui se déposent sur les branches des sapins

Les miellats ont 2 origines.
Ils peuvent provenir de la sudation de certaines feuilles. Dans les Vosges, on les retrouve sur quelques feuillus épars et sur les plantes de talus comme les ronces. C’est cette substance sucrée que les abeilles récoltent.
Sur les conifères, les miellats n’apparaissent pas par sudation, mais sont l’œuvre de certains pucerons, qui en se nourrissant de la résine des sapins, sécrètent des substances sucrées récoltées par l’abeille.

L’abeille, dont le nom vient du latin Apis Mellifica, « mouche à miel », fait partie des insectes sociaux de la classe des hyménoptères.
L’habitat le plus fréquent des abeilles est aujourd’hui la ruche, sorte de caisse en bois comportant une dizaine de rayons d’alvéoles de cire. Chaque ruche abrite une colonie constituée d’une seule reine, de 40 000 à 60 000 ouvrières et de quelques centaines à 1 ou 2 milliers de mâles nommés Faux bourdons.
L’abeille seule n’est rien. Il faut considérer l’ensemble de la population d’une ruche qui est appelé par l’apiculteur l’ « essaim », la « grappe » ou encore la « colonie ». Chaque abeille trouve dans cette société un rôle bien défini ci qui rend ce monde particulièrement bien organisé. Le nombre des résidentes d’une ruche ne paraît plus si grand lorsque l’on sait qu’un gramme de miel représente plus de 7500 fleurs butinées, et que la récolte d’un kilo de miel, si la source de nectar se trouve à1,5 kilomètres, représente 400 000 kilomètres, soit la distance entre la Terre et la Lune.

Enfin, il faut savoir qu’en France, il existe environ 1,2 million de colonies d’abeilles pour 40 à 50 millions dans le monde. On recense 50 000 apiculteurs Français, mais 100 000 possèderaient des ruches. La production de miel moyenne annuelle en France s’élève à 13 000 tonnes.

L’abeille est souvent perçue d’abord comme une productrice de miel. Mais son rôle est bien plus précieux. Ils s‘agit de la pollinisation d’un très grand nombre d’espèces végétales, et donc du maintien de la richesse de la flore et de l’équilibre écologique global qui lui est lié, ainsi que du niveau de production de certains secteurs agricoles, tels que l’arboriculture, les cultures d’oléagineux, de protéagineux.

Sans parler des fleurs sauvages, dont 86% des variété forestières dépendent de l’abeille. Une étude de l’INRA indique que les travaux de la fécondation entomophile, dont l’abeille est le principal agent, sont, pour le colza de 10%, la féverole de 30% à 40%, le pommier de 70€, les petits fruits de 100%. Autant dire que l’importance d’Apis mellifica est considérable.

Autrefois, les fermes ne possédant aucune ruche étaient une minorité. Malheureusement, aujourd’hui, la couverture pollinique minimale estimée à 2 ruches par kilomètre carré n’est plus assurée.

Pas de réponses

RSS Commentaires

Laisser un réponse